logotype

Sixième rencontre annuelle de l’Association canadienne des études francophones du XIXe siècle (ACÉF/CAFS XIX)

Les 25, 26 et 27 mai 2009, Congrès des sciences humaines et sociales
Carleton University (Ottawa)

25 mai 2009

Southam Hall 306

8h00-8h10

Allocution de bienvenue : Clive Thomson, président de l’ACÉF-XIX

1. Les Capitales du XIXe siècle

Si Walter Benjamin voyait en Paris la capitale du XIXe siècle, cet atelier se propose pour sa part d’appréhender cette notion au pluriel. En effet, est-ce que l’imaginaire social de l’époque ne considérait pas différentes villes – Londres, Naples, Philadelphie, Moscou, voire Québec – comme les rivales de la capitale française, sous un angle ou un autre? Quelle ville se distingue comme la capitale de quoi? Aux yeux de qui? Cet atelier pluridisciplinaire, à la confluence des études littéraires, culturelles, géographiques et urbanistiques, chercherait à reconstituer les lignes directrices de cet imaginaire des cités du XIXe siècle.

Responsables de l’atelier : Philippe Lagarde et Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

8h10-9h30

Président de séance : Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

Étienne Beaulieu (Université du Manitoba)
« La Ville démocratique : Victor Hugo et la parataxe culturelle »

Janice Best (Acadia University)
« Paris, capitale des ruines »

Philippe Lagarde (Université d’Ottawa)
« Le Paris Haussmannien vu par Zola : du réquisitoire à l’éloge »

9h30-10h

Pause 

10h-11h

Président de séance : Philippe Lagarde (Université d’Ottawa)

Paul Choinière (Université McGill)
« Québec, 1837 »

Xavier Escudero (Université Paris IV)
« La Capitale à la fin du XIXe siècle : l’espace d’une crise ? »

11h-11h30

Pause

2. Exotisme et colonialisme : Paul Bonnetain et les écrivains de « la troisième génération du Naturalisme ».

Le catalogue de la Bibliothèque Nationale de France donne les informations biographiques suivantes sur Paul Bonnetain : « Écrivain maritime et colonial. - Dramaturge. - Journaliste au Figaro et à la Revue indépendante. - Directeur des Affaires indigènes au Soudan (1894-1895), puis Commissaire du gouvernement au Laos (1896-1899). » La notice est laconique, mais elle évoque la multiplicité des facettes de la vie de Bonnetain et les thèmes majeurs auxquels il a consacré son talent littéraire. Son premier roman, Charlot s’amuse, publié en 1883, obtient un succès de scandale à cause du thème de la masturbation. Il signe en 1887 Le Manifeste des cinq qui met en question l’œuvre de Zola. Selon les auteurs du manifeste, Zola représente « une littérature sans noblesse, que nous protestions au nom d’ambitions saines et viriles, au nom de notre culte, de notre amour profond, de notre suprême respect pour l’art. » A partir de 1884, Bonnetain fait des voyages en Indochine, au Vietnam, au Soudan et au Laos. Déjà en 1885, dans le volume intitulé Au Tonkin, décrit à l’époque comme « un chef d’oeuvre de la littérature coloniale », Bonnetain réunit ses articles écrits pendant qu’il suivait les troupes françaises en expédition contre les rebelles du Tonkin. Par la suite, il fait paraître L’opium (1886), L’Extrême Orient (1887) et Dans la brousse, sensations du Soudan (1894).

L’objectif de notre atelier est de travailler en particulier sur l’oeuvre extrêmement variée de Paul Bonnetain, mais aussi sur les écrivains et les thèmes (l’exotisme, le colonialisme, la sexualité, etc.) de « la troisième génération du Naturalisme », J.-H. Rosny, Lucien Descaves, Paul Marguerite, Gustave Guiches, Pierre Loti, parmi d’autres. Notre atelier entend mettre en évidence l’hétérogénéité (thèmes, genres, personnages) de la littérature de la période « fin-de- siècle », lorsque certains écrivains comme Paul Bonnetain cherchent à s’émanciper, mais sans y parvenir, de l’emprise naturaliste.

Responsable de l’atelier : Clive THOMSON (University of Guelph)

11h30-12h50

Président de séance : Clive Thomson (Universitv of Guelph)

Frédéric Lopes da Silva (Université Paris III)
« Parcours et détours naturalistes avec Paul Bonnetain »

Mireille Truong (Ryerson University)
« Loti (1850-1923), Bonnetain (1858-1899) et Schoendoerffer (1928-) au Tonkin »

Corina Sandu (University of Toronto)
« L’œuvre de Paul Bonnetain : une rythmologie littéraire de la marée »

12h50-14h00

Déjeuner

14h00-15h00

Président de séance : Clive Thomson (University of Guelph)

Margot Irvine (University of Guelph)
« "Bien entendu, je ferai lire ce morceau de mon journal à mon mari" : La collaboration de Paul et Raymonde Bonnetain »

Guri Ellen Barstad (Universitetet Tromsø) 
« Rachilde et l’aventure esthétique »

Edyta Kociubińska (The John Paul II Catholic University of Lublin) 
Absente, mais ayant soumis le texte « À rebours  de Joris-Karl Huysmans : un drôle de roman de la fin du XIXe siècle » pour discussion.

15h00-15h40

Pause

3. Varia I

15h40-17h00

Président de séance : Jeremy Worth (University of Windsor)

Geneviève Sicotte (Université Concordia)
« Les aristocrates dans le roman fin de siècle : figures de l’inversion et de la carnavalisation »

Mihaela Marin (University of South Alabama)
« Concept ou métaphore ? Notes sur la transmission des sens médicaux au XIXe siècle »

Érika Wicky (Université de Montréal)
« Détail et imprécision dans Salammbô »

26 mai 2009

MacOdrum Library 235

4. Varia II

8h00-9h20

Présidente de séance : Geneviève Sicotte (Université Concordia)

Jeremy Worth (University of Windsor)
« "Pleurer sous la couverture" : remarques sur la fonction symbolique des lits et abris chez Zola »

Larissa Sloutsky (University of Western Ontario)
« La Femme tombée dans la rêverie masculine : du naturalisme français au réalisme socialiste. La réécriture de Boule de suif de Maupassant (1880) dans Pyshka de Romm (URSS, 1934) »

Yves Thomas (Trent University)
« Les Nuits d’octobre de Gérard de Nerval ou voir Paris avec un plan de Londres »

9h20-9h40

Pause

5. Enseigner la littérature du dix-neuvième siècle

Cet atelier, prévu sous forme de table ronde, sera un forum d’échange de pratiques et de philosophies de l’enseignement de la littérature du dix-neuvième siècle dans le contexte canadien actuel. On vous invite à proposer une courte présentation, d’une dizaine de minutes, faisant part de votre expérience d’enseignement. Tous sujets relatifs à la pédagogie seront les bienvenus. À titre d’exemple, la réflexion pourrait porter sur :

  • l’interdisciplinarité et les études littéraires 
  • comment présenter la pertinence du dix-neuvième siècle pour un lectorat contemporain
  • votre expérience, réussie ou pas, d’enseigner un texte particulier
  • l’intégration de notions théoriques dans un cours sous graduée
  • la formation de nouveaux chercheurs dix-neuviémistes

Responsable de l’atelier : Margot Irvine (University of Guelph)

9h40-10h40

Présidente de séance : Margot Irvine (University of Guelph)

Thea van Til Rusthoven (Redeemer University College)
« Comment enseigner La Bête humaine d’Emile Zola dans le contexte d’un cours sur le roman français du XIXe siècle »

Maxime Prévost (Université d’Ottawa)
« Enseigner Alexandre Dumas ? »

Suzanne Legault (York University)
« Enseigner « Le Mendiant » de Victor Hugo »

Roxane Petit-Rasselle (Franklin and Marshall College)
« Pour un enseignement interdisciplinaire des Trois Mousquetaires »

10h45-11h00

Pause

11h00-12h00

Présidente de séance : Margot Irvine (University of Guelph)

Corinne Beauquis (University of Toronto Scarborough)
« Enseigner le théâtre et la poésie du XIXe siècle »

Jelena Jovicic (UBC Okanagan)
« Problèmes actuels de la réception des textes littéraires du XIXe siècle »

Aimée Boutin (Florida State University)
« L’enseignement en équipe de la culture visuelle et littéraire à Paris au XIXe siècle »

13h-14h

Conférence d’honneur de l’ACÉF-XIX

Michael Finn (Ryerson University)
« Naturalisme, sexe et sexologie : excès catastrophique ou fantaisie médicale »

6. Atelier conjoint avec l’APFUCC : Varia III

14h-15h

Président de séance : Clive Thomson

Paul Choinière (Université McGill)
« Romantisme social 1842-1862 »

Janine Gallant (Université de Moncton)
« Le pouvoir de la peinture : les portraits peints comme objets de séduction chez Stendhal et Mérimée »

15h00-15h30

Pause

15h30-17h30

Président de séance : Clive Thomson

Janice Best (Acadia University)
« La lutte pour la Butte : vœux et contre-vœux autour d’un espace contesté, la Basilique du Sacré-Coeur »

Claude La Chanté (Université du Québec à Rimouski)
« "Tous les livres du monde excepté un" : L’influence d’un Livre (1837), roman de la lecture »

Vina Tirven-Gadum (Athabasca University)
« Don Frollo de Notre-Dune de Parrs : moine démoniaque du Roman Noir ou avatar français de Faust? »

Bertrand Bourgeois (University of Western Ontario)
« De René à Renée ou du héros romantique à l’héroïne décadente »

19h30

Repas au restaurant « Stoneface Dolly’s », 416 Preston Street

27 mai 2009

MacOdrum Library 235

7. Croyance et pratique littéraire

Les dernières décennies du dix-neuvième siècle ont fait culminer la critique de la croyance, par-delà toute dénonciation athéiste, dans une « crise » qu’on a toutes les raisons de qualifier, avec Mallarmé, de « fondamentale » (Crise de vers), en ce qu’elle a ébranlé les fondements mêmes de la représentation et, par là même, marqué un tournant dans l’histoire du nihilisme (cf. Michel Guérin, Modernité et nihilisme). C’est dans le contexte élargi de cette crise que certains écrivains ont commencé à reconnaître la littérature dans sa réalité économique et institutionnelle de jeu, et qu’ils ont cessé par là même d’en méconnaître, sous les faux-semblants de l’Idéal, l’absence de motivation ontologique. L’objectivation de cette « réalité » humaine, trop humaine, a induit la question qui n’a pas cessé, depuis lors, de hanter la pratique de la littérature, lorsqu’elle ne l’a pas complètement et définitivement découragée : comment expliquer qu’on puisse encore s’adonner à ce type de pratique – et même qu’on continue, dans certains cas, à s’y vouer comme s’il y allait d’une vocation -, tout en sachant qu’elle ne « sert » à rien d’autre qu’à un « jeu » (Mallarmé, La Musique et les Lettres) ? Autrement dit, en quoi l’écrivain trouve-t-il encore la ressource minimale de croyance, de crédit, d’intérêt – bref l’illusio – dont il a besoin pour soutenir son rapport à l’art ? Peut-on arguer, comme le fait Pierre Bourdieu (mais en semblant renvoyer, pour le coup, à une disposition subjective un tant soit peu mystérieuse, car apparemment indéterminée, innée), d’un « sens de jeu » qui permettrait « de faire l’économie du cynisme » et de ses effets dysphoriques (Méditations pascaliennes) ? Ou alors peut-on envisager que l’écrivain tire jouissance à faire semblant, à feindre qu’il croit à une Valeur qu’il sait être une illusion ? Qu’il tire quelque privilège aristocratique ou initiatique à se dédoubler (à la manière de l’artiste baudelairien) et à dérober au regard public une vérité qu’il juge par trop scandaleuse ?

Nous vous invitons à soumettre une proposition de communication relative à ces questions ou à tout aspect du thème de la croyance et de la pratique littéraire dans le contexte du XIXe siècle français.

Responsables de l’atelier : Jean-Jacques Hamm (Queen’s University) et Patrick Thériault (Université catholique de Louvain-la-Neuve)

8h45-9h00

Présentation de l’atelier (Patrick Thériault)

9h-10h

Conférence plénière

Pascal Durand (Université de Liège)
« Réflexivité formelle et réflexivité sociale : Stéphane Mallarmé et Marcel Duchamp »

10h-10h30

Pause

10h30-11h30

Président de séance : Patrick Thériault

Anne-Marie Fortier (Université Laval)
« Du cirque au castelet »

Soundouss El Kettani (Collège militaire royal du Canada)
« "J’ouvre le siècle prochain" »

11h30-13h00

Déjeuner

13h00-14h30

Président de séance : Patrick Thériault

Patrick Thériault (Université catholique de Louvain-la-Neuve)
« La mystification dans les Lettres »

Isabelle Buatois (Université de Montréal)
« Le "transfert du sacré" dans Le fils des étoiles de Joséphin Péladan »

Maud Pillet (University of Toronto)
« Le "Sublime de l’enfer" dans Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly »

14h30-15h

Pause

I5h-17h 

Assemblée plénière de l’ACÉF-XIX : Rencontre avec Noreen Golfman et Pierre Norman de la Fédération canadienne des sciences humaines